Chronique d’un voyage à Berlin (2)


Online Educa Berlin 2009

Le salon Online Educa 2009 a de nouveau fait le plein d’inscriptions.  Plus de 2200 personnes ont rejoint Berlin pour participer à une ou plusieurs journées proposées en ce début décembre.

La séance plénière du 3 décembre a mis en évidence, s’il en était encore besoin, la nécessité absolue de soutenir des politiques éducatives innovantes.  En effet, la génération Y devra s’adapter en permanence à un monde en perpétuel changement.  Cela impliquera flexibilité, créativité et adaptabilité permanente. (voir le film « wearethepeople » présenté par Lord Putman)

Dans cet objectif, La ville de Londres a mis en place un environnement numérique (London grid for Learning) commun pour les 2600 établissements scolaires répartis sur son territoire.  Cet environnement a permis de développer une communauté de pratique entre les écoles et les enseignants.  De nombreuses ressources sont mises à la disposition des élèves.  Ceux-ci sont plus motivés et s’investissent plus dans leurs études, notamment dans les productions écrites.  En outre, le transfert d’une école à l’autre est facilité puisque l’élève retrouve un environnement d’apprentissage identique.

Il est assez étonnant de constater qu’un tel discours soit encore prononcé devant un si grand nombre de personnes impliquées dans le développement de dispositifs pédagogiques intégrant les TIC.  Est-il encore nécessaire de convaincre ce public ?  Ou bien, cherche-t-on des relais capables de transmettre ce message aux décideurs européens ?

La génération Y (les Digital Natives) a souvent été au coeur des conférences : « soyons à l’écoute des Digital Natives » est le message essentiel des orateurs.  Certains vont même jusqu’à affirmer qu’il faut arrêter de faire créer les contenus par les experts car cela se fera sur un modèle pédagogique peu créatif.  L’industrie de production des contenus doit s’orienter vers l’industrie de services qui mettra à disposition les outils nécessaires aux apprenants pour créer leurs contenus et collaborer dans cette création. (théorie socio-constructiviste)

Pour entretenir ou développer la motivation des apprenants, le jeu, les univers 3D et les outils de simulation sont maintenant une évidence pour tous.  Jusqu’il y a peu, le coût de développement de ces outils était un frein important.  Actuellement, de plus en plus d’outils de développement rapide sont mis à la disposition et même de façon gratuite. (opensimulator)

La disponibilité des outils n’est plus le frein aux développements de dispositifs innovants.  L’important maintenant est de susciter de plus en plus la créativité des enseignants et des formateurs en les encourageant à faire « table rase » des pratiques du passé pour inventer un nouvel environnement d’apprentissage.  C’était notamment l’objectif de l’Europe au cours de cette année 2009 consacrée à la créativité et à l’innovation.

Comments
One Response to “Chronique d’un voyage à Berlin (2)”
  1. caroline dit :

    Merci pour ce compte-rendu vraiment intéressant Odile ! Un plaisir de suivre ton blog !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Blog Stats

    • 15,650 hits
%d blogueurs aiment cette page :