IlearnForum Paris 2010


Le mois de janvier est, depuis plusieurs années, l’occasion de participer au salon IlearnForum à Paris.  Cependant, à chaque fois, je me pose la question de savoir si cette participation est pertinente pour mener ma mission de veille sur l’e-learning.

Cette année encore, la récolte fut mince si ce n’est une amélioration de mon networking grâce aux discussions sur différents stands.  En effet, le nombre d’exposants me semble diminuer d’année en année !

Il est vraiment très étonnant de constater à quel point, dans un marché e-learning pourtant en expansion en France, les sociétés de ce secteur ne souhaitent pas être visibilisées dans le « quasi » unique salon francophone qui traite de ce sujet.  Pourquoi cette timidité ?

Un constat évident pour moi, c’est que ces sociétés absentes ne font qu’apporter de l’eau au moulin des grands acteurs traditionnels car le public, par contre, répond présent à l’événement !

Malgré la taille réduite du salon 2010, l’espace de conférences (gratuites) a fait « salle pleine » et il était très difficile de pouvoir discuter avec l’un ou l’autre représentant sur les stands.

Les thématiques principales qui ressortent cette année sont bien évidemment le Serious game, le mobile learning et le social learning.  Les entreprises doivent en effet investir dans le partage des connaissances individuelles pour développer une intelligence collaborative : « Seul, on va plus vite; ensemble, on va plus loin » comme dit le proverbe africain cité au cours d’une conférence.

La présentation de M. Delanghe (Directeur Commercial & Marketing, U&I Learning France) nous a proposé une typologie simple mais claire des concepts repris sous les termes Serious games.  Il nous a montré un tableau à double entrées dans lequel il croise la notion de rôle et de scénario.

Sans rôle ni scénario, l’apprenant doit par exemple répondre à des quizz qui ont une apparence « ludique » (par exemple, l’interface de « qui veut gagner des millions » de Raptivity) :

A l’autre bout du tableau, se trouve les Serious game dans lesquels l’apprenant devient le maître du monde : ses prises de décisions influent fortement sur l’univers au sein duquel il évolue.

Entre les deux, l’apprenant peut être un avatar qui remplit une mission donnée dans un environnement virtuel.  L’exemple présenté est celui d’un jeu développé pour la commission européenne afin de former les douaniers à la détection des trafics de substances illicites.

Dernier regret concernant cette journée : les 2 conférences qui portaient sur les dimensions pédagogiques de l’e-learning étaient placées en tout début et fin de journée à un moment où la majorité du public n’était pas encore ou plus présent !
Merci aux organisateurs d’avoir laissé aussi peu d’espace à la pédagogie …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Blog Stats

    • 15,650 hits
%d blogueurs aiment cette page :