Je tweete, tu tweetes, … ils tweetent : pourquoi, comment ?…


L’usage de Twitter, même s’il s’est répandu fortement en 2009, semble encore s’adresser à une communauté d’experts.  Dans un article précédent, j’avais partagé une présentation qui permettait de découvrir le fonctionnement de Twitter et son éco-système.

La « causerie » entre Adrien Ferro, le « novice », et Christophe Batier, l’utilisateur expert, retrace, sous le mode de la discussion libre, les usages les plus courants de Twitter.

Causerie avec Adrien Ferro autour de Twitter
envoyé par Batier. – Plus de vidéos campus.

J’y ai retrouvé l’essentiel des motivations qui me poussent à utiliser cet outil.  En effet, les tweets sont d’abord et avant tout une source de veille importante à condition de ne pas se laisser submerger par les vagues déferlantes de certains « twitomanes ».  Le choix des personnes que l’on suit et l’organisation en listes sont les clés pour ne pas perdre de temps à chercher l’info intéressante.

Autre élément essentiel : l’usage des recherches.  Il n’est pas nécessaire d’être en permanence connecté à Twitter pour s’assurer un flux d’informations adéquat.  Quelques recherches ciblées soit par hashtags, soit par mots-clés permettent de retrouver facilement les tweets intéressants.  Ces recherches permettent également de repérer d’autres utilisateurs à suivre.

Au cours de la discussion, Christophe Batier évoque l’utilisation qu’il en fait lors des conférences.  Cela permet de co-construire le « compte-rendu » des échanges en direct et de retrouver celui-ci ensuite si les tweets ont été tagués bien entendu.  J’ai fait l’expérience de cet usage lors des Rewics 2010.  Ceci m’a permis d’étendre mon réseau de contacts et de conserver la trace de quelques idées entendues lors de ces rencontres.  C’est évidemment moins structuré que lorsque j’utilise une carte heuristique mais je n’avais qu’à transporter mon gsm ce qui n’est pas négligeable !

Enfin, le mashup avec d’autres outils est un impératif pour gagner (ou ne pas perdre) du temps : lier son compte Twitter avec Linkedin, Facebook est impératif pour diffuser l’information largement.  Autre avantage de ces liens : votre profil Linkedin ou Facebook « vit » sans devoir vous y connecter !

L’usage d’un site comme bit.ly, synchronisé avec le compte Twitter, permet, non seulement d’obtenir un lien raccourci, mais également d’y ajouter le texte du tweet et de partager le tout sur Twitter.

Mais là où je fus le plus impressionnée par Twitter, ce fut encore lors des Rewics.  En effet, dans plusieurs tweets, j’avais inséré des liens qui m’intéressaient sans me douter que le lendemain, je les retrouverais dans mon panier Pearltrees.

Quelques jours auparavant, j’avais synchronisé mes deux comptes et, si j’avais perçu la diffusion de tweet chaque fois que j’ajoutais une perle ou que je mettais à jour une branche, je n’avais pas encore visualisé l’envoi vers le panier d’une url tweetée !  Cette synchronisation est essentielle et me permettra de conserver des liens via mon gsm !  Quel gain de temps !


Comments
One Response to “Je tweete, tu tweetes, … ils tweetent : pourquoi, comment ?…”
  1. PED dit :

    Juste une petites précision / astuce par rapport à la fin de ton post: si tu rajoutes le bon hashtag après ton lien, ta perle arrivera directement dans pearltree du nom du hashtag. Par exemple http://bit.ly/93ihZj #technology mettra la perle ds ton pearltree « Technology » si il existe !
    Au plaisir de parcourir tes liens ! (disclaimer: je travaille chez Pearltrees)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Blog Stats

    • 15,650 hits
%d blogueurs aiment cette page :